• Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Dompeter, Eglise Saint Pierre, Alsace et Moi, Pixanne Photographies
  • Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Oie, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Avolsheim et le Dompeter

Classé dans : Villes et Villages | 0

Traversé paisiblement par les eaux de la Bruche, Avolsheim est un charmant petit village Alsacien. N’hésitez pas, prenez le temps de vous y arrêter un instant. A 2 km au Nord de Molsheim, le bourg est adossé à la colline Oberberg où la vigne nous rappelle que nous sommes au début de la « Route des Vins« . 

France, Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Bruche, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Avolsheim offre un décor pittoresque où il est agréable de flâner le long des berges de la Bruche. J’y ai longuement observé la colonie d’oies sauvages qui y a élu domicile. Elles sont nombreuses et peu farouches.

Pour les amateurs de marche, le village propose des sentiers balisés. Notamment le chemin de Saint-Jacques de Compostelle qui le rallie à Strasbourg ou à Molsheim.

Pour les amateurs de la petite reine, Avolsheim se trouve à la jonction de 2 véloroutes incontournables en Alsace : La Véloroute du Vignoble qui va de Marlenheim à Saint Hippolyte et celle du Canal de la Bruche reliant Offenbourg (D) à Baccarat (54).

France, Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Bruche, Oies, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Le village abrite l’une des plus anciennes églises d’Alsace : le Dompeter (11e-12e siècles), dont les fondations datent du 8e siècle. Au cœur du village se trouve la Chapelle Saint-Ulrich avec son clocher octogonal.

Un peu à l’écart, sur le Canal de la Bruche, vous pouvez voir les petites et grandes vannes ainsi que la passe à poissons du Barrage d’Avolsheim. Avec un peu de chance vous verrez des saumons, ces poissons migrateurs qui remontent la Bruche pour atteindre leurs zones de frayères.

Le barrage, construit en 1682 sur les ordres de Vauban permet d’alimenter en eau le Canal de la Bruche puisque le débit de la Mossig était insuffisant en été.

Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Eglise Saint Materne, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

La Batellerie

Autrefois à Avolsheim on faisait du vin mais surtout on tirait, à dos d’homme, les bateaux chargés de pierres sur le canal de la Bruche.

Dès le moyen âge,la Bruche sert au transport de bois et de denrées alimentaires à l’aide de plates (barque à fond plat). Mais c’est la construction du canal de la Bruche qui donna réellement l’impulsion à la batellerie à Avolsheim.

De 1682 à 1687, l’activité consista surtout à l’acheminement de blocs de grès destinés à l’édification des fondations Vauban à Strasbourg. Puis le trafic fluvial s’intensifia au fil du temps. On recensa jusqu’à 950 bateaux sur le canal en 1782. Les villageois ont probablement débuté cette activité en fournissant les chevaux pour le halage des embarcations.

En 1940,il y avait encore 11 familles de bateliers à Avolsheim. L’exploitation du canal de la Bruche prend fin en 1938,mais les bateliers d’Avolsheim continuent à sillonner les autres canaux de France, Allemagne et des Pays Bas.

Alsace, Avolsheim, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Eglise du Dompeter

A lextérieur du bourg, pour accéder à l’Eglise du Dompeter on emprunte une allée de prunus. De quoi me donner l’envie d’y revenir au printemps lorsqu’ils seront en fleurs.

L’Eglise du Dompeter est l’une des plus vieille église d’Alsace. En effet, des fouilles, effectuées en 1914 révèlent les traces des fondations d’un édifice daté du VII ème siècle. Une deuxième église fut construite et consacrée par le pape Léon IX en 1049.

L’église du Dompeter se trouve sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, chemin qui en Alsace relie Wissembourg à Belfort. Pendant tout le Moyen-âge, Dompeter attira de nombreux pèlerins venus guérir leurs maux de tête ou leurs maladies des yeux à la source Sainte Pétronille toute proche. A cette même époque se développa le pèlerinage de Compostelle dont le village Avolsheim fait encore partie aujourd’hui.

France, Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Dompeter, Eglise Saint Pierre, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

L’église Saint Pierre, Dompeter, se dresse au milieu des champs. La légende attribue l’édification du Dompeter à Saint Materne, qui avait pour habitude de prêcher au pied d’un tilleul proche de la fontaine et qui choisit ce lieu pour édifier une église. Il y a des vestiges d’un tilleul devant le bâtiment. Celui-ci fut affaibli par la tempête de 1999 et s’est ensuite effondré en 2006.

La tour porche du 12e siècle a été détruite par la foudre en 1745. Elle fut reconstruite dans sa forme actuelle en 1767. Après la révolution française, le Dompeter fut laissé à l’abandon et au début du 20e siècle, il perdit son statut d’église paroissiale d’Avolsheim suite à la construction de l’église Saint Materne au centre du village.

France, Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Dompeter, Eglise Saint Pierre, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Ce n’est qu’en 1933 que les Scouts de France entreprirent la réhabilitation de l’église et depuis 1957, l’Association de Amis du Dompeter supporte les scouts et guides d’Alsace dans cette démarche. L’église fut rendue au culte et dédiée aux Scouts le 12 octobre 1933. Le vieil autel en bois fut remplacé en 1950 par un autel mémorial en grès qui porte le nom des 185 scouts d’Alsace morts pour la France.

Saint Materne

Missionné par St Pierre pour évangéliser le nord-est de la Gaule, Materne, accompagné de Valère et Euchaire, entreprit de convertir les tribus païennes établies le long du Rhin. Ces peuplades étaient particulièrement sauvages et Materne manifestant une force qui ne pouvait être que d’origine divine renversa leurs idoles taillées grossièrement dans la pierre. De leur temple (Ebersmunster) il fit la première église consacrée au vrai DIEU. Accompagné de nombreux convertis, il entreprit alors d’évangéliser les habitants d’Argentoratum (Strasbourg).

Ceux-ci le chassèrent et cet échec provoqua chez lui un tel dépit qu’il en mourut. Valère et Euchaire cachèrent son corps en un lieu qu’ils appelèrent Eley (Ehl, qui signifie :cri de douleur) et fuirent à Rome pour en faire part à Pierre. Celui-ci leur fit reproche de leur manque de foi, leur confia son « bourdon »,( bâton de berger) et leur ordonna de retourner auprès de Materne et de le lui remettre.

De retour en Alsace, les disciples exhumèrent le corps de Materne qu’ils trouvèrent encore souple et chaud. Ils lui tendirent le bâton de St Pierre, Materne ressuscita, le prit et poursuivit sa mission. (On dit aussi que Materne était le nom chrétien du fils de la veuve de Naïm que le Christ ressuscita, il s’agirait donc effectivement d’une deuxième résurrection).

L’annonce de ce miracle provoqua de nombreuses conversions à travers la contrée et particulièrement à Argentoratum et les nouveaux chrétiens y construisirent une église dédiée à St Pierre. (Aujourd’hui : St Pierre le Jeune.)

Pétronille

La légende dit encore que la fille spirituelle de Pierre, Pétronille, rejoignit Materne et ses disciples en un lieu situé au carrefour des voies romaines menant vers Altitona (le mont St Odile), vers Trestabernae (Saverne) et la Germanie et enfin vers les Gaules. C’est non loin de là que l’on trouve une fontaine à laquelle étaient attribuées des vertus bienfaisantes dans le traitement des fièvres, elle est appelée aujourd’hui encore fontaine Ste Pétronille.

Distant d’une centaine de mètres de cette fontaine se trouvait un superbe tilleul au pieds duquel Materne avait l’habitude de prêcher. C’est également cet endroit qu’il choisit pour édifier la troisième église dont il fut à l’origine et la nomma « Domus Petri », la maison de Pierre, le Dompeter.

Par ailleurs, un sarcophage datant de l’époque romaine fut mis au jour parmi les tombeaux découverts près de l’église. Attribué à Ste Pétronille, il fut source de guérison de nombreux pèlerins qui n’hésitaient pas à y prendre place. Au XVII s lors du décryptage des inscriptions qui y figuraient, les archéologues découvrirent qu’il s’agissait du tombeau de Dame Terentia Augustula une patricienne romaine et non celui de Ste Pétronille. La réalité ne sut venir à bout de la légende et c’est pour mettre un terme à la pratique qualifiée de superstition que le cardinal de Rohan fit don du sarcophage à l’historien Schoepflin qui le fit transporter à Strasbourg. Il disparut ainsi que toute la collection archéologique de Schoepflin lors du bombardement de la ville en 1870.

Anecdote : La croyance populaire supposait à la fontaine Ste Pétronille une vertu bienfaitrice pour les couples en mal d’enfants. En déposant un sucre dans l’encadrement de la petite fenêtre et si le sucre disparaissait, le vœu était exaucé. On n’a jamais pu vérifier le bien-fondé de cette croyance.

France, Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Dompeter, Eglise Saint Pierre, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Chapelle Saint Ulrich

Situé au bord de l’ancienne Voie Romaine du Piémont des Vosges, la Chapelle Saint Ulrich, dite « Le Baptistère » est en forme de trèfle à 4 feuilles (4 absidioles) et est couverte d’une coupole. Initialement ces absidioles étaient circulaires.

Le clocher octogonal fut ajouté à l’époque romane.

La Chapelle Saint Ulrich constitue le plus ancien sanctuaire d’Alsace de l’époque carolingienne encore existant.  En effet, des investigations archéologiques entreprises en 1967 ont permis de situer l’édification de cette chapelle tétraconque au 9ème siècle.

France, Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Chapelle Saint Ulrich, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

En 1774, Saint-Ulrich devint l’église paroissiale du village. On y ajouta une nef et un chœur. Devenue trop petite, on construisit en 1911, juste à côté, l’église Saint-Materne de style néo-roman. Saint Ulrich retrouve sa forme initiale. On démolit ces rajouts (nef et chœur) pour ne conserver que la partie ancienne.

Alsace, Route des Vins, Avolsheim, Chapelle Saint Ulrich, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

A l’intérieur de la chapelle se trouve des fresques du 12e siècle. Durant la période de la réforme, elles furent recouvertes par un badigeon blanc. Elles sont restées masquées jusqu’en 1968.

Hélas, les fresques ne sont pas dans un très bel état. Trois couleurs, le vert, le rouge et l’ocre y prédominent. Dans la coupole figure un ciel étoilé avec la Sainte Trinité, Dieu le Père et le Fils. Sur le tambour sont représentés les quatre évangélistes. Sur la partie basse, quatre tableaux sont séparés par quatre fenêtres romanes.

La Chapelle Saint Ulrich est ouverte toute l’année – Accès libre

Eglise Saint Materne

Si la chapelle est ouverte toute l’année, ce n’est pas le cas pour l’église. Lors de mon passage la porte était close.

L’édifice néo-roman se compose d’une nef à bas cotés donnant sur un choeur. Surmontant la sacristie, le clocher latéral abrite 3 cloches fondues dans la 2e moitié du XVIIIe siècle pour l’ancienne église paroissiale. Sur la tribune se trouve un orgue de 1867, initialement installé par Joseph Stiehr dans l’église du Dompeter et transféré ici en 1911.

Mais ou se trouve Avolsheim ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.