• France, Alsace, Chatenois, Eglise Saint Georges, Alsace et Moi, Pixanne Photographies
  • France, Alsace, Chatenois, Eglise Saint Georges, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Châtenois * Kestenholz

Classé dans : Villes et Villages | 0

L’origine de Châtenois remonte au temps des Celtes, mais c’est au temps des Romains que la cité entre vraiment dans l’histoire. Elle prend alors le nom de CASTINETUM (lieu planté de châtaigniers).

Au Moyen Age, le site de Châtenois occupe une position stratégique. Situé au débouché de 2 vallées Vosgiennes (Sainte Marie aux mines et Villé), l’endroit permet en plus de contrôler le passage vers la Lorraine.

France, Alsace, Châtenois, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Qui dit position stratégique, dit défense et donc lieu fortifié. C’est ainsi que Châtenois possède le plus grand cimetière fortifié d’Alsace qui, outre l’église et le cimetière, englobait toute une série d’habitations. La structure médiévale du cimetière fortifié avec un double fossé et un double rempart, reste parfaitement visible si vous venez découvrir ce beau village.

France, Alsace, Chatenois, Eglise Saint Georges, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Depuis l’église, promenez-vous sur le sentier d’interprétation le long des remparts. Descendez vers le cœur de la commune, perdez-vous dans les ruelles et laissez-vous séduire par le charme des maisons alsaciennes où les géraniums fleurissent les fenêtres et balcons tout l’été.

Depuis la commune, partez à la découverte des pistes cyclables des environs. Randonnez dans le vignoble, sur le sentier du GR5 ou sur le Chemin de Saint Jacques Compostelle.

Pour accéder au cimetière fortifié il n’existait qu’un seul accès, qui est la porte tour aujourd’hui dénommée « Tour des Sorcières » et qui, avec le clocher si particulier de l’Église Saint Georges, est l’emblème de Châtenois à travers toute l’Alsace.

France, Alsace, Chatenois, Porte des sorcières, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

En 1298, les habitants de Sélestat brûlent le village. Pourquoi ? Parce les habitants avaient détourné la rivière, en l’occurrence le Muhlbach.
En 1410, l’évêque trop endetté vend le village au Grand Chapitre de la Cathédrale de Strasbourg qui sera le Seigneur de Châtenois jusqu’à la Révolution.
Puis, en 1444, les Armagnacs occupent Châtenois. Le dauphin de France, futur Louis XI est à leur tête.

Les bâtiments de Châtenois

La paix revenue, les Castinétains construisirent en 1496 l’actuelle Mairie. Elle est de style Renaissance et surmontée d’un clocheton. L’appel de la cloche sonnait le rassemblement des bourgeois. « oyez, oyez, bonnes gens »

Au départ, le village n’était pas entouré de remparts en pierre, mais uniquement d’une levée de terre et d’un fossé. 4 portes en permettaient l’accès. Aujourd’hui il ne subsiste que la porte Est.

France, Alsace, Châtenois, Eglise Saint Georges, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Châtenois échappe à la destruction en 1525 lors de la guerre des paysans, malgré le massacre par le duc de Lorraine de plusieurs milliers de paysans à ses portes au lieu-dit Krefzen, entre Châtenois et Scherwiller.
Par contre, les Suédois incendient et prennent le village en 1632. Si, si, les Vikings sont passés par là 🙂 La commune restera suédoise jusqu’au rattachement à la France en 1648.
Enfin arrive l’heure de la reconstruction. Beaucoup des maisons anciennes datent de la fin du XVIIème siècle et de la première moitié du XVIIIème siècle.

l'Eglise Saint Georges

Châtenois connaît alors une forte expansion démographique qui oblige la reconstruction de l’église. C’est ainsi qu’en 1761 on achève la construction de l’église St Georges actuelle. On ne conserve que le clocher de l’église médiévale. Son couronnement à quatre échauguettes d’angles date de 1530. Il est entièrement réalisé en bois de châtaigniers. Mais c’est quoi une échauguette ? Ce sont les 4 tourelles d’angles de la tour. En encorbellement (accroché sur l’extérieur) elles servent à surveiller les abords de la fortification.
Le chœur est baroque, ce qui est rare en Alsace (à l’exception de l’église d’Ebersmunster). Poussez la porte et vous découvrirez aussi l’un des chefs d’œuvre du facteur d’orgues Silbermann. J’avoue que je ne suis pas très sensible au charme des orgues mais j’ai adoré les vitraux et en particulier celui de Sainte Elisabeth de Hongrie, cette princesse qui a mis sa personne et son argent au service des plus pauvres.

France, Alsace, Chatenois, Eglise Saint Georges, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

En 1792, on loue l’église et la chapelle comme entrepôts. C’est pourquoi on en démonte les cloches.
Un an après, en 1793, on arrête le maire, l’instituteur et le sacristain. Alors qu’ils sont emprisonnés, on retiendra que le commissaire accompagné des 13 cavaliers qui ont participé à l’arrestation, se restaurent aux frais de la Commune !

C'est la tuile...

En Alsace, une des caractéristique de nos toitures, ce sont nos tuiles. Elles sont tellement locales que leur nom est « Tuile Alsacienne ». Ce sont des tuiles plates dont l’extrémité est arrondie.

C’est d’ailleurs en raison de cette forme qu’on les nomme « Biberschwanz » (Queue de castor).

Les tuiles vernissées sont beaucoup plus rares. Pour leur donner cet aspect vernissé, on les recouvre d’une glaçure au plomb. L’avantage de ce procédé étant de rehausser les tons notamment d’ocres et bruns. Pour ce faire on se sert aussi d’oxyde de cuivre pour renforcer la couleur verte. Quant à la couleur jaune on l’obtient grâce à l’adjonction d’argile blanche.

France, Alsace, Chatenois, Eglise Saint Georges, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Vous pourrez voir également un très beau toit vernissé sur l’Église Saint Georges de Sélestat ou la collégiale Saint Martin et le Koïfhus (Ancienne Douane) à Colmar.

L'Economie

Après la Révolution, l’expansion démographique obligent la population à chercher d’autres revenus que le seul travail de la terre et de la vigne. Déjà au XVIIIème siècle, de nombreux Castinétains étaient tisserands parallèlement au travail de la terre.
Dès 1820, des ateliers de métiers à tisser se créent et très vite passent sous le contrôle des grandes familles manufacturières de Sainte Marie aux Mines.
C’est le début d’une épopée industrielle qui liera Châtenois et le textile jusque dans les années 1970.
A côté du textile, Châtenois développe dès le XVIIIème siècle d’autres activités originales, comme la meunerie (11 moulins en activité au 18ème siècle), les papeteries (du 18ème siècle jusque vers 1840), les fabriques de cigares (au début du XXème siècle), les tuileries (dès le Moyen-Âge), avec un développement industriel (aux XIX et XXème siècle), une brasserie (du 18ème jusqu’au 20ème siècle), ainsi que de nombreux ateliers artisanaux.
Cette activité industrielle a permis de fixer la population et a même attiré de nouveaux habitants.
En 1866, la cité comptait 4131 habitants. L’émigration vers l’Algérie et l’Amérique a concerné un certain nombre de familles pauvres à cette époque.

Les incendies à Châtenois

Le 4 août 1879, un violent incendie éclate et détruit un quart du village. En tout 120 maisons, 80 granges et 117 écuries furent la proie des flammes. 739 habitants de Châtenois n’avaient plus de toit au soir du 4 Août 1879. Châtenois, ce jour-là, a perdu une partie importante de ses bâtiments historiques. Heureusement une vague de solidarité s’en est suivie.
En 1911, un second incendie détruit 29 maisons dans le quartier dit Storckennest (Nid de Cigogne).
La densité des habitations et leur imbrication expliquent ces lourds bilans.

La Tour des Sorcières

La tour des Sorcières est une porte gothique qui date du XVe siècle. Remaniée en 1830, sa toiture est récente. C’est l’une des plus belles portes d’Alsace et l’une des plus représentées (marqueterie de Spindler, dessins de Hansi ou Bernard Buffet).

France, Alsace, Chatenois, Porte des sorcières, Alsace et Moi, Pixanne Photographies

Cette tour que l’on a appelée « tour des Sorcières » rappelle que Châtenois a connu, comme tant d’autres cités (Bergheim, Rouffach ou Sélestat), des procès iniques au cours desquels on brûla plusieurs personnes accusées de sorcellerie.

France, Alsace, Chatenois, Porte des sorcières, Alsace et Moi, Pixanne Photographies
Sorcière Alsace

On connait l’histoire de 7 personnes condamnées pour sorcellerie à Châtenois entre 1619 et 1629. Le premier procès eut lieu en 1619, contre Georg Gröber, c’est l’un des plus sinistres. En 1622 ce sont deux femmes qui sont condamnées, ainsi qu’en 1623. Le dernier procès en sorcellerie eut lieu en 1629 à nouveau contre deux femmes. Tous ces procès sont inédits, transcrits intégralement à partir des documents d’époque, qui se trouvent aux archives départementales et municipales de Strasbourg.

Mais où se trouve Châtenois ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.